"O taste and see that the LORD is good: blessed is the man that trusteth in him." Ps 34.8

Bricolage/arts pommes symétriques

14 septembre 2017



L'automne ça me donne le goût de bricoler. Même si j'ai déjà plein de bricolages d'automne en banque après toute ces années, je n'ai pas vraiment le goût de refaire les mêmes choses. Ça doit être un syndrome quelconque dont j'ignore le nom (j'ai étudié en arts, pas en psycho, t'sé). 

Donc, voici encore un brico/projet d'arts (ça dépend si vous laissez votre enfant libre ou non de découper les motifs qu'il veut) d'automne sur le thème des pommes. Moi et ma grande de 7 ans on s'est bien amusée. Comme je l'ai déjà dit, moi avec des ciseaux, de la colle et du papier... je peux facilement me perdre pendant des heures. Mais comme j'ai un fiston aventurier de 20 mois, l'envolée a été de courte durée. 

Ce projet pourrait avoir plusieurs variantes et aussi être utilisé avec tous les âges du primaire et même de secondaire. Je vous en parlerai plus bas...

Matériel 

- Papier de couleurs, ou de texture diverses.
- Ciseaux
- Colle en bâton
- Crayon à mine














1-
Découper une pomme modèle. Il est important pour la symétrie d'avoir un modèle qui sera reproduit plusieurs fois. Pour les petits, un adulte peut s'assurer d'avoir un modèle symétrique. Pour les plus grands, ils peuvent dessiner leur modèle facilement eux-même en pliant un carton en deux. Nous avons choisi de faire plusieurs petites pommes, mais ce pourrait n'être qu'une seule grande.


2-
Retracer la pommes plusieurs fois dans différents cartons de couleur.


3-
C'est maintenant que le plaisir commence. Découper différents motifs à l'intérieur de la pomme sans toucher le contour. C'est un peu comme découper des flocons de neige, si on touche au contour on risque de se retrouver avec seulement un petit bout. Aussi, j'ai réalisé ensuite que je n'avais coupé que dans l'intérieur de la pomme et jamais vers l'extérieur. Pour les plus petits, c'est sans doute mieux seulement à l'intérieur car le ou les morceaux ont la ligne du plie pour aider à former les motifs symétriques. 


On pourrait utiliser les pommes simplement comme ceci pour décorer une fenêtre...


4- 
Avec les différents morceaux de pommes découpés de toutes les couleurs on s'amuse ensuite à les superposer de manière symétrique pour créer toutes sortes de motifs. 

Bien sûr avec des enfants plus vieux, comme au secondaire, je n'aurais fait qu'une seule grosse pommes qui aurait pu contenir beaucoup plus de motifs détaillées et de couleur différentes. J'aurais aussi certainement travaillé l'asymétrie avec des plus vieux, soit de couleur soit de motifs. Aussi on pourrait ajouter des motifs dessinés ou peints par la suite, en plus d'utiliser des tissus au lieu du papier.  À vous de vous amuser !


Résultat du travail de ma grande de 7 ans et moi.

Faites moi signe si vous tentez le coup !

Déshydratation avec un four à convection et "superaliments verts en poudre"

12 septembre 2017
 

En janvier dernier je voulais m'acheter un déshydrateur de basse qualité pour tester si j'en ai vraiment besoin avant de me lancer dans le bidule ultra gros et qui coûte vraiment cher. Ceux qui déshydratent savent de quoi je parle. Malheureusement, aucunes n'avaient de bonnes critiques et c'est à ce moment que monchéri m'a mentionné que nous avions une fonction déshydratation sur notre nouveau four à convection de l'été précédent. Me semble que j'aurais dû le savoir, mais il semble que ce détail m'a échappé. 

Certes, pour les grands amateurs de déshydratation et de manger cru, cette fonction ne déshydrate pas à une assez basse température, pas moins de 100 degrés Fahrenheit. Par contre, pour moi qui n'ai pas encore de convictions très profondes sur le sujet, déshydrater avec mon four c'était une bonne façon de savoir si j'avais réellement besoin de m'acheter la Berta de la déshydratation. Pour le moment, je n'en suis pas vraiment encore convaincue, et de toute façon j'en aurai pour quelques années d'économie avant de pouvoir m'en payer une, alors j'ai le temps de méditer sur le sujet plus en profondeur. 

J'aime vraiment déshydrater avec mon four, car cela ne prend pas plus de place et ne me coûte pas plus cher. De plus, je ne déshydrate pas encore assez pour ce besoin. 


Qu'est-ce que j'ai déshydraté cet été ? Premièrement, des fraises qui coupées en fines tranches ne prenaient pas plus qu'une nuit de déshydratation. Pour moi c'est une manière tellement simple de conserver ce fruit et à moindre espace. 

Je déshydratais de nuit pour ne pas produire plus de chaleur (même si c'est minime) dans les chaudes journées d'été et aussi pour pouvoir utiliser mon four au besoin. 

Ensuite, j'ai fais ma propre "green powder"/superaliments verts en poudre. Bon, ma poudre n'est pas aussi diversifiée que celle en magasin, mais encore une fois je trouve que c'est une bonne façon de conserver le trop pleins de "verts" de notre jardin. J'ai surtout déshydraté du kale et de la bette à carde, avec un peu de queues de radis, de plantain et de pourpier, il me reste encore de la chicorée que j'ajouterai sous peu. Après la déshydratation je passe le tout au robot pour faire une "poudre". En fait ça ressemble davantage à des épices séchés, mais la texture ne me dérange pas vraiment. Comme je ne compte pas ajouter cela à des smoothies, mais plutôt à des soupes ou des plats mijotés, je n'ai aucune problème avec cette texture et à ce que le mélange ne soit pas légèrement sucré avec du stevia et de la pomme comme je peux constater par la liste d'ingrédients des marques populaires. 



Finalement, je me suis fait quelques tomates séchées, qui malheureusement devront quand même être conservées au congélo, mais en prenant moins de place. Je m'en servirai dans mes pizzas cet hiver. Je sais, il y a des tomates, même provenant du Québec au supermarché en hiver, mais j'ai perdu l'habitude d'en acheter et comme cela j'en aurai toujours sous la main si l'envie de manger de la pizza me prend. Parce que de la pizza sans tomates (pas la sauce), c'est triste !


Je ne suis pas une experte de déshydratation, mais je commence à y prendre goût ! Aventure à suivre dans les prochaines années !

Anniversaire du Seigneur des Anneaux

1 septembre 2017

Chez nous cela fait une semaine que nous sommes de retour dans la routine d'école, mais sans école. Notre "rentrée" sera mardi. J'ai l'impression d'avoir passée mon mois d'août à planifier cette non-rentrée (je n'ai pas fait tant que ça, mais..). Bref, j'espère que le mois de septembre et les températures fraîches vont m'apporter un peu de temps pour souffler et écrire ici...

Pour le moment, c'était l'anniversaire de 9 ans de fiston premier du nom le mois dernier. Depuis 1 an le Seigneur des anneaux était le thème choisi. Il a même lu le Hobbit et 75 % du premier livre cet hiver et printemps. Mais ce n'est qu'à son anniversaire qu'il a eu droit d'écouter le premier film. Oui, nous sommes des parents cruels qui attendons longtemps avant de faire visionner des films violents à nos enfants, même le Seigneur des Anneaux. Mais je prédis que fiston deuxième du nom réussira à l'écouter avant 9 ans.... Bref, j'ai mijoté quelques costumes, et acheté quelques accessoires clés bon marché sur Amazon. Comment ai-je pu vivre aussi longtemps sans oreilles d'elfs, je les aime trop ! Je n'ai pas de photos ici, mais j'ai bel et bien été Legolas pour un après-midi. 
 

Les deux plus grands avait choisi leur personnage, ma fille juste parce que c'est une princesse. J'espère que vous avez reconnu Gandalf le Gris et Galadriel.


Les deux plus petits se sont vu imposer le rôle de Frodo et Sam. Rôles qui leur allaient à merveille, parce qu'ils ont mangé pas mal tout le temps des photos. 



Bien sûr il y a eu un petit festin de pain/pizza et pain/scones elfique où Gandalf avait rasé sa barbe histoire de ne pas manger de barba-papa en même temps.




Je sais que j'aime bien sortir des clichés, mais il y a des clichés qui sont tout de même merveilleux et pourquoi s'en passer ?

Sur ce, je vais aller manger mon deuxième souper !!

Bonne fin de semaine !

Anniversaire de "Fraisinette"

15 août 2017

Me voilà de retour après presque 2 mois de silence ! La semaine dernière j'étais encore en état de choc que l'école allait recommencer bientôt. Cette semaine je me sens plus d'attaque, d'attaque également pour réécrire ici. Cet été il n'y a rien eu de spécial outre le jardinage et des cours de tennis pour mes trois grands deux fois par semaine ce qui a bien structuré nos vies. J'ai bel et bien fait descendre ma pile de livres à lire avec au moins un roman de lu par semaine jusqu'ici. Ça a fait un grand bien à cette maman.  

Il y a deux semaines j'étais prête à arrêter mon blogue... maintenant je n'en suis plus si certaine. J'ai encore tellement d'articles que je veux écrire. Enfin, je pense que le contenu sera soit très peu fréquent ou différent... à voir. En 7 ans j'ai toujours ces questionnements existentiels, mais ils sont de plus en plus fréquents.... Voici par contre quelque chose que vous connaissez bien, l'anniversaire d'un de mes enfants. 


Ma deuxième fille a eu 4 ans en juin, pendant nos vacances. Elle a célébré la journée même en mangeant un beigne remplie de confettis de couleur sur le bord de la plage et elle ne s'en ai vraiment pas plainte.

Tout de même, au retour de vacances elle a eu droit à vrai gâteau de fête sous le thème "Fraisinette". Comme vous savez probablement déjà, en général j'aime bien m'éloigner du cliché populaire des thématiques, alors c'était une adaptation très libre de Fraisinette. Je lui ai cousu très rapido sans patron une robe de "Fraisinette" en m'inspirant de celle-ci avec un foulard tube avec la même technique que mon tutoriel. 


Depuis que je sais que les stolons de fraises se mangent, je savais que je voulais décorer son gâteau avec. Disons que c'est mon esthétique sauvage romantique qui ressort !


À bientôt, j'espère !

Vacances et etc..

5 juillet 2017

Wow plus d'une mois de vacances du blogue, bien qu'en vérité il n'y a eu que deux vraies semaines de vacances pour moi dans cette période. Tellement de choses à faire : terrassement intensif de notre cour, le jardin que pour le troisième année j'ai enfin le temps de m'occuper comme il se doit, tellement de choses à apprendre sur mon jardin, des cueillettes de plantes médicinales, des lectures sur ce sujet, l'objectif de faire diminuer ma pile de livres à lire qui s'est dangereusement accumulée dans les dernières années... Beaucoup de chose à faire, pas beaucoup à raconter en ce moment. J'ai tellement de projets dans ma tête que je voudrais faire et qui serait intéressant de partager ici... mais je suis tellement dans une rythme différent depuis quelques semaines et ça fait du bien....

Je vais faire un aveux ici : je n'aime pas vraiment les photos de vacances enfin, les miennes oui, celles des autres... quelques unes définitivement oui, pas plus. Je vous laisse donc avec seulement une photo de nos vacances dans la Bas du fleuve (oui le St-Laurent, pour les amis d'outre-mer).  Est-ce que je me suis reposée... non ? Comme je dis souvent avec des enfants les vacances ça ne repose pas, mais ça change le mal de place. Autre réflexion que je me suis faite pendant les vacances :

Une mère ça passe deux jours à faire les bagages pour partir en vacances, tout le temps de celles-ci à gérer et organiser tous les effets afin de ne rien perdre et de rester un peu organiser. Puis passe 2 semaines en revenant à tout ranger (voir ramasser du sable partout, laver deux fois plus de vêtements qu'emportés, enfin il semble et procrastiner à ranger la valise qui doit se ranger dans le petit coin difficile d'accès). 


Il y a des gens qui rapportent des bijoux, des bibelots etc. acheté dans des magasins de souvenirs de vacances... moi je rapporte des plantes médicinales et/ou comestibles qui ne sont pas assez abondantes dans ma petite banlieue. 

Trèfle rose, bourgeons de marguerites, marguerites, feuilles de molène et cœur de quenouille, il manque sur la photo de l'usnée barbue.

Et ça vous étonnera sûrement lorsque je vous dirais que j'ai fait fermenter les bourgeons de marguerites et les cœurs de quenouilles. Il y a des choses qui ne changent pas.... Sur ce, j'ai un jardin à arroser et une pile de livres à faire diminuer. Sur laquelle peut-être je vous reparlerais... à voir !

Bon été tout le monde !

Pain aux pétales de pissenlits

30 mai 2017

Nous y sommes, les semis sont plantés, les graines sont semés, il ne reste plus qu'à arroser et attendre que ça pousse (et aussi désherber ou avoir l'air de, de temps en temps). En attendant, qu'il y ait vraiment quelque chose à manger dans le potager, pourquoi ne pas manger ce qui pousse déjà sans aucun effort : des pissenlits. Je sais, vous avez déjà goûté le pissenlits et vous trouver cela amer. Oui, c'est vrai que les feuilles le sont, mais dans le cas des pétales dans ce pain, on n'y voit aucune trace. Ou bien, vous vous demandez pourquoi manger de la mauvaise herbe, vraiment ? En fait, qu'est-ce qui est de la mauvaise herbe ? Il n'y a pas si longtemps on croyait que les tomates étaient toxiques alors... Oui, j'avoue dans mon potager les pissenlits sont envahissants et je les enlève pour le bien de mes tomates non-toxiques. Par contre, dans ma pelouse (arrière loin de la route pour ne pas manger de la poussière et autre résidus...) je n'ai aucun problème avec. Les pissenlits sont en fait probablement meilleur pour notre santé que certains des légumes du potager, alors oui je ne vais pas m'en priver. Voir ici pour plus de détails à ce sujet.  

Donc, la prochaine fois qu'un de vos enfants vous offre un bouquet de pissenlits, vous pourriez lui demander de vous en cueillir environ 4 tasses et de vous aider ensuite à faire cette recette (et vous n'êtes pas obligé de partager après...)


- 1 tasse de pétales de pissenlits (équivaut à environ 4 tasses de fleurs)
- 2 tasses de farine (moi j'ai pris épeautre complète, mais blé aussi c'est parfait)
- 2 cuillères à thé de poudre à pâte
- 1/2 tasse de miel
- 1/2 cuillère à thé de sel
- 1/4 tasse d'huile
- 1 oeuf
- 1- 1/2 tasse de lait

Bien laver et essuyer les pétales de pissenlits. Mélanger les ingrédients secs et les pétales, puis ajouter le reste de ingrédients et mélanger jusqu'à homogénéité. 

Mettre dans un moule à pain et cuire au four à 400 F. ou jusqu'à ce qu'un cure-dent ressorte sec.


J'ai cette recette sur un papier depuis au moins un an, et je ne sais plus où je l'ai prise. Elle était en anglais et en voici ma version. Désolée de ne pouvoir donner la source...

Des tomates, des fleurs et du béton

19 mai 2017
 

Présentement je vous écris avec les ongles garnis de terre, après avoir passé 2 heures à travailler dans ma rocailles et une de mes nouvelles plate-bandes. Il reste encore tant de rénovation à l'intérieur de la maison, mais pour l'été nous prenons une pause (à moins qu'il ne pleuve) et translatons nos efforts à l'extérieur. Tout le reste de l'été vous nous trouverez en train de réaménager notre patio, construire un muret en pierre, agrandir le jardin, la rocaille, les plate-bandes, planter un arbre, essayer de se décider si nous construisons ou non un balançoire pour les enfants, en plus d'essayer d'aller enfin porter à l'écocentre les 2 dizaines de pneus laissées par les anciens propriétaires.... Bien des aventures nous attendent. La première d'entre elle a été de trouver toute une belle structure de béton de 20 cm d'épaisseur sous notre patio... Disons que la vue (image ci-haut) de ma cours arrière me déprime et va certainement me déprimer pour un certain temps... Mais ça nous fera encore une bonne histoire de rénovation  à raconter qui s'ajoute à notre liste.

Dans tout ça, je passe tout mon temps libre à bêcher, tailler des arbres, arbustes, enlever l'herbe pour agrandir mon jardin, prendre soins de mes semis et aménager tout ça dans ma tête et sur papier. 

Lorsque nous sommes arrivés dans notre maison, il n'y avait aucun aménagement devant la maison. Seule une vigne y était planté. Comme mes deux derniers été ont été un peu difficile côté jardinage (grossesse et bébé qui ne me laisse pas jardiner), je déprime depuis deux ans en regardant par ma fenêtre avant. J'ai bien tenté de planter quelques vivaces l'été dernier, mais c'était une petite tentative timide. Certes, cela porte ses fruits maintenant, je suis vraiment heureuse de voir que toutes les vivaces ont survécu et poussent d'elles-même (ah, ces merveilleuses vivaces). Il y a toute une joie à voir cette verdures qu'on a planté l'année d'avant poindre le bout du nez au printemps. Par contre, comme mes vivaces sont encore au stade de bébé, il y a beaucoup de travail pour garnir ma rocaille et surtout l'agrandir pour qu'elle ait contenance (et aussi avouons-le, avoir moins de pelouse à tondre).

Ce printemps, je double le nombre de vivaces et d'annuelles qui se ressèment que j'ajoute à mes rocailles, plate-bandes et jardin. Si on omet les iris que ma voisine m'a donnée (t'sé on dit jamais non à des fleurs données) j'ajoute, des mauves, des œillets comestibles, du livèche (t'sé un céleri vivace wow !), de la bourrache, des cerise de terre, de la mélisse, du stévia, du millepertuis et du pavot. Toutes ces plantes, hormis les iris, sont comestibles et/ou ont des propriétés médicinales. Parce que tant qu'à faire, on va rendre le beau à l'utile (je sais je retourne la maxime à l'envers...). 

En parlant d'utile, j'ai aussi planté des arbustes... Depuis deux ans je me renseigne, me creuse la tête à savoir quoi planter sous mon monstre d'épinette devant la maison. Parce qu'un pied d'arbre vide, je trouve cela un peu triste... Finalement, découverte de l'année : le thé des bois, qui aime à la folie la terre acide aux pieds des conifères et en plus l'ombre ! Vraiment, je ne sais pas pourquoi la nouvelle ne se repend pas plus vite. 

Allez, plantez du thé des bois sous vos conifères ! Le thé des bois est à l'origine du goût de gomme à mâcher "wintergreen". À partir d'octobre ils portent des fruits qui goûtent carrément la gomme à mâcher. En plus d'avoir pleins d'autres belles propriétés.

Un de mes bébés thés des boisé qui devrait grandir beaucoup plus que ça.

J'ai aussi planté un arbuste de thé du labrador, parce que tant qu'à faire, pourquoi ne pas cultiver son propre thé. D'accord, j'avoue qu'avec un tout petit arbuste je n'aurais pas du thé pour une année, mais c'est un début.
Mon thé des bois.

Comme je suis encore une jardineuse très débutante, il y a de la peur, de l'insécurité, tellement de choses à apprendre. Je suis tellement bénie d'avoir une maman qui jardine depuis toujours et une sœur nouvellement horticultrice. J'appelle trop souvent ma mère pour des questions de jardinage, et écrit plusieurs courriels à ma sœur. Il y a tant de choses à apprendre ! Il y aussi tout le stress d'arriver à garder en vie mes semis jusqu'à tant que je puisse les planter dehors, mes pauvres tomates....

Par contre, en plus de la joie de voir les vivaces poindre le bout du nez, il y a la joie de la première fois. J'ai eu un jardin en pots pendant plus d'une décennie, donc je connais très bien certaines plantes potagères, par contre l'ail... pour moi ça relève encore du mystère. J'étais, et je suis encore toute énervée de voir les gousses que j'ai semées à l'automne pousser. Ça relève encore du mystère que des têtes d'ail vont sortir de là...

Mes plants d'ail.

Oui, avoir un jardin c'est beaucoup de travail, surtout en ce moment où j'ai beaucoup à construire, et où il faut bêcher et semer. Par contre, je sais la joie que ça procure et aussi l'effet thérapeutique de ce travail. J'ai vue ma grand-mère et ma mère jardiner. J'ai grandi en sachant très bien reconnaître les feuilles de carottes, des queues d'oignons et à croquer à pleine dents dans une tomate du jardin. Pour mois, c'est un incontournable de la vie !

Dans cette folie de jardinage, je n'ai pas grand chose d'autre à partager ici en ce moment. Si vous êtes sur Instagram (sous le même nom que ce blogue), je vous invite à venir me rendre visite, car vous aurez certainement plus de chances d'avoir de mes nouvelles régulièrement dans les prochaines semaines qui seront encore très occupées en matière de jardinage et d'aménagement paysager.